Accès privé
La nourriture aux USA <br>au 19ème siècle

La nourriture aux USA
au 19ème siècle

Pendant sa longue vie, Mark Twain  a côtoyé les Indiens, les planteurs, les esclaves, les soldats Nordistes et Sudistes, les pionniers, les chercheurs d’or… qui vivaient selon leurs coutumes et leur environnement.


Comment se nourrissaient-ils ?  

1/. Indiens des Grandes Plaines

Nomades, ils vivent exclusivement de chasse et de cueillette : viande de bison, baies sauvages, maïs, courges, haricots… Pour l’hiver, les femmes préparent le pemmican.

Le pemmican
C’est un aliment particulièrement riche en protéines, composé de :

  • viande de bison séchée au soleil, réduite en poudre
  • à laquelle on ajoute de la graisse animale, et des baies sauvages - groseilles, airelles, cerises, cranberries…

En mélangeant tous ces ingrédients, on obtient une sorte de pâte extrêmement serrée, très consistante, qui peut se conserver longtemps, et qui a la particularité de ne pas moisir.

Plus tard, pendant l’hiver, on coupera de fines tranches de cet aliment extrêmement  énergétique.

2/. Guerre de Sécession

Un soldat de l’Armée de l’Union (Nordiste) recevait :

  • De la viande salée (porc ou bœuf)
  • Des fruits et des légumes secs
  • Quelques légumes, selon la saison,
  • Café, sucre
  • Et des hardtack, des biscuits secs durs comme du bois.

Un Confédéré (Sudiste) se nourrissait essentiellement :

  • De bacon, et de maïs broyé, revenu dans de la graisse de porc
  • De la mélasse, un peu de riz
  • Thé, sucre
  • Sorte de pain, à base de farine de maïs et de lait.

Dans les deux camps, le café était plus important que tout.
Les hommes pouvaient se passer de manger…s’ils avaient leur café !

Les Nordistes recevaient le café en grains, et le torréfiait eux-mêmes au-dessus du feu.

Le café des Confédérés était un café de substitution, à base de chicorée, de cacahuètes, de seigle ou de maïs…

Il était nettement moins bon que celui des nordistes, et il y avait souvent des trocs « tabac contre café », quand les conditions de la guerre le permettaient…

3/. Dans les plantations du Sud

Le maïs et le porc étaient la base de l’alimentation, des maîtres comme des esclaves, mais ils ne mangeaient pas les mêmes morceaux :

  • Les maîtres dégustaient des pains de maïs chauds, avec des œufs, de la crème, et de fines tranches de jambon fumé.
  • Les esclaves avaient des tripes cuites à l’eau et de la bouillie de maïs…, des patates douces, du riz, des haricots, de la mélasse. Exceptionnellement, du poisson et du café… parfois, ils pouvaient cultiver leur propre jardin de légumes.

4/. Les Pionniers à l’Ouest du Mississippi

Après un long voyage de 2 à 3 mois à travers les grandes plaines, ils s’installaient enfin, et pouvaient cultiver un jardin potager, planter des arbres fruitiers, élever du bétail, tout en chassant le gibier sauvage.

Voici un exemple de menu d’hiver :

Petit déjeuner (généralement pris entre 8h et 9h) :

  • Pain de maïs, saucisses et pommes de terre frites.
  • Ou bien côtelettes et omelette, avec du pain chaud.

Dîner, pris entre 12h et 15h (c’est le repas principal) :

  • Soupe, rôti froid, tête de veau, légumes
  • ou Soupe, dinde rôtie avec une sauce aux cranberries, jambon, légumes
  • ou encore Soupe, poisson, mouton rôti avec de la gelée de groseille, légumes.
  • Desserts variés : Puddings, tartes, fruits au sirop, crèmes…

Souper (repas léger pris avant d’aller se coucher) :

  • Thé, avec du pain de maïs.
  • Des fruits au sirop.
  • Un gâteau quelquefois.

Ils buvaient du thé de sassafras, du lait caillé, du cidre, du vin et des spiritueux…

De bonnes odeurs de viande rôtie, de gâteaux au four, de viandes fumées rôdaient autour de l’immense cheminée, au cœur de la maison…