Accès privé

Great Classics & Musicals

Les grands classiques des comédies musicales de Broadway, et des films qui en ont été tirés.

Over the Rainbow
Composé en 1938. Paroles de  E.Y. Harburg sur une musique de Harold Arlen. Interprété par Judy Garland dans le film « The Wizard of Oz » (Le magicien d’Oz) de F. Baum & P. Tiejens, sorti en 1939.
Rêve plein d’optimisme d’une vie meilleure de l’autre côté des nuages (rêve utopique aussi, nous dit la fin de la comédie). Rêve d’une vie toujours « sans nuages ».

« Cette chanson, extraite du « Magicien d’Oz » (The Wizard of Oz) est particulièrement connue aux Etats-Unis et fait partie de leur mythologie domestique, un peu comme une comptine ; et pourtant elle n’est pas des plus faciles à chanter ! Cela n’empêche pas qu’elle soit certainement au programme d’à peu près tous les spectacles enfantins de fin d’année dans à peu près toutes les écoles primaire et ce, dans à peu près tout le pays… »                         
Bernard Frilet

The Trolley Song
Du film « Meet Me in Saint Louis » 1944, interprété par Judy Garland
Paroles et musique de Hugh Martin & Ralph Blanc

Meet Me in St Louis, Louis    
Paroles de Andrew B. Sterling et musique de Kerry Mill en 1904. Chanté dans le film « Meet me in St-Louis » par Judy Garland en 1944

Good Bye, My Lady Love
De Joseph Edgar Howard en 1904

Swanee
Ecrit en 1919 par George Gershwin et Irving Caesar, pour la Revue « Demi-Tasse », créée la même année au Capitol Theater de New York.
Dès janvier 1920, le chanteur Al Jolson le met à son répertoire et en fait un succès mondial. Son nom reste attaché à la chanson, ainsi que celui de Judy Garland, qui l’a repris dans le film « A Star Is Born » (1954).

Swanee fait référence à la « Swanee River » de Stephen Foster, aussi appelé « Old Folks At Home », écrit en 1851. Chanté soi-disant par un Noir, qui évoquait avec nostalgie le Sud et exprimait son désir de retour au pays de son enfance. C’est le premier grand succès de George Gershwin.

Tea For Two
De Vincent Youmans & Irving Caesar pour la comédie musicale « No, no, Nanette » en 1924
« Je nous imagine mariés, prenant le thé, seuls tous les deux, juste toi pour moi et moi pour toi… comme nous serons heureux ! »

The Man I Love
De George & Ira Gershwin. De la comédie musicale « Lady be Good »  en 1924 et « Strike Up The Band » en 1927.

Summertime
De George Gershwin & Dubose Heyward. Pour l’opéra « Porgy & Bess » en 1935

Old Man River
De Jérome Kern et Oscar Hammerstein pour la comédie musicale  « Show Boat » 1927
« Description du contraste entre le cours du vieux fleuve et la vie des esclaves qui travaillent auprès de lui. Nous les humains, nous peinons, nous souffrons, nous suons à la tâche, sans espoir de récompense… Lui, il roule ses eaux, imperturbable… »
Paul Robeson est un de ses plus emblématiques interprètes, mais le chant a été repris par de nombreux grands artistes, comme Bing Crosby, Frank Sinatra, Ray Charles ou Art Pepper.

Let’s Call The Whole Thing Off
De George & Ira Gershwin en 1937. Du  film « Shall We Dance » : inoubliable dispute sur la prononciation des mots, par le couple Fred Astaire et Ginger Rogers.

They Can’t Take That Away From Me
De George & Ira Gershwin en 1937. Pour le film « Shall We Dance ».
Fred Astaire chante à Ginger Rogers :
« Ainsi, nous devons nous séparer, on t’arrache à moi ; mais il est des souvenirs que personne ne pourra me prendre : la façon dont tu portes ton chapeau, dont tu bois ton thé ou tu tiens ton couteau, la façon dont tu chantes faux, dont nous dansions jusqu’au petit matin, dont tu hantes mes rêves, non ! ça, personne ne pourra me l’enlever. »
Les plus grands noms du showbiz l’ont interprété.

I Got Plenty Of Nothing
De l’Opéra « Porgy & Bess » par Ira & Georges Gershwin en 1935.
Joie d’un mendiant estropié, maintenant riche de l’amour de sa belle et de toutes les richesses gratuites de la création : les étoiles dans les cieux, son amour, son chant...

Our Love Is Here to Stay
De George & Ira Gershwin pour le film  « The Goldwyn Follies » en 1938 (paru après la mort de George Gershwin). Repris dans « Un Américain à Paris » en 1951.
Devenu un grand standard du jazz.

I Got My Love to Keep Me Warm
Composé par Irving Berlin en 1937 et interprété dans le film « On The Avenue » sorti en 1938.
Une version de référence reste celle d’Ella Fitzgerald, mais Bing Crosby, Billie Holiday, Frank Sinatra ou Dean Martin en ont aussi laissé des interprétations célèbres.

Love Walked In
De George & Ira Gershwin, interprété dans le film « The Goldwyn Follies » paru en 1938.

Someone to Watch Over Me
De George & Ira Gershwin en 1925  pour la comédie musicale « Oh ! Kay ! » (1926).

‘S Wonderful
De George & Ira Gershwin en 1927 pour la comédie musicale  « Funny Face »

I Got Rhythm
De George & Ira Gershwin en 1930 pour la comédie musicale « Girl Crazy ».
Maintenant un standard du jazz.

There’s No Business Like Show Business
De la comédie musicale « Annie, Get Your Gun », un hit de Broadway créé en 1946.
Musique de Irving Berlin, livret de  Dorothy et Herbert Fields.
Hommage plein d’entrain au monde et aux gens du spectacle

The Surrey With the Fringe on Top  
De la comédie musicale « Oklahoma ! » créée pour Broadway par Oscar Hammerstein II et Richard Rodgers en 1943, d'après une pièce de Lynn Riggs, « Green Grow the Lilacs » (1931).
Adaptée au cinéma en 1955 par Fred Zinneman, sous le même titre ; le film est considéré comme la première comédie musicale moderne au cinéma, en couleurs, annonçant les « My Fair Lady », « The Sound of Music » et  « West Side Story » à venir.

Wouldn’t It Be Loverly
De la comédie musicale « My Fair Lady », créée le 15 mars 1956 à Broadway, avec Julie Andrews et Rex Harrison. Jouée jusqu’en 1962 : 2717 représentations !
Musique de Frederick Loewe, paroles et livret d'Alan Jay Lerner, d’après la pièce de théâtre de George Bernard Shaw : « Pygmalion » créée en 1914.
Adaptée au cinéma en 1964 par George Cukor, sous le même titre, avec Audrey Hepburn et Rex Harrison.
« Loverly » est la chanson de la petite marchande de fleurs, à l’accent « cockney », avant qu’elle ne devienne une « Lady », grâce aux leçons parfois douloureuses du Professeur Higgins.

I Could Have Danced All Night
De la comédie musicale « My Fair Lady », créée le 15 mars 1956 à Broadway, avec Julie Andrews et Rex Harrison. Jouée jusqu’en 1962 : 2717 représentations !
Musique de Frederick Loewe, paroles et livret d'Alan Jay Lerner, d’après la pièce de théâtre de George Bernard Shaw : « Pygmalion » créée en 1914.
Adaptée au cinéma en 1964 par George Cukor, sous le même titre, avec Audrey Hepburn et Rex Harrison.
Raconte la transformation spectaculaire d’une petite marchande de fleurs inculte, aux manières grossières, en une Lady raffinée et élégante, au langage policé, aux manières parfaites.
« J’aurais pu danser toute la nuit ! Quand il a commencé à danser avec moi… soudain, mon cœur s’est envolé ! » chante Eliza Doolittle, dans un élan d’enthousiasme, après un premier succès dans la prononciation d’une phrase difficile, et la satisfaction joyeuse du Professeur Higgins.

Do Re Mi
Ou « comment apprendre le solfège aux enfants en s’amusant, grâce à des moyens mnémotechniques et des associations d’idées ».
De la comédie musicale « The Sound of Music » (La Mélodie du bonheur), composée par Richard Rodgers sur des paroles de Oscar Hammertein II, et créée en 1959 à Broadway.
Jouée 1443 fois, jusqu’en 1963.
La comédie musicale est inspirée de l’histoire vraie de la Famille Von Trapp, famille de chanteurs, qui, après l’invasion de l’Autriche par les nazis, a émigré aux Etats-Unis, où elle a continué de donner des concerts jusqu’en 1956.
Une adaptation au cinéma, par Robert Wise, sous le même titre, est sortie en 1965, avec Julie Andrews, Christopher Plummer et Eleanor Parker. Immense succès mondial.

My Favorite Things
Les « pensées positives » de Maria, décrites aux enfants, pour lutter contre la peur ou les idées noires.
De la comédie musicale « The Sound of Music » (La Mélodie du bonheur), composée par Richard Rodgers sur des paroles de Oscar Hammertein II, et créée en 1959 à Broadway.
Jouée 1443 fois, jusqu’en 1963.
La comédie musicale est inspirée de l’histoire vraie de la Famille Von Trapp, famille de chanteurs, qui, après l’invasion de l’Autriche par les nazis, a émigré aux Etats-Unis, où elle a continué de donner des concerts jusqu’en 1956.
Une adaptation au cinéma, par Robert Wise, sous le même titre, est sortie en 1965, avec Julie Andrews, Christopher Plummer et Eleanor Parker. Immense succès mondial.

Edelweiss
Chant dédié à la fleur emblématique de l’Autriche, interprété par la famille Von Trapp dans la comédie musicale « The Sound of Music » créée le 16 novembre 1959 à Broadway, et jouée jusqu’en 1963 : 1443 représentations.
La comédie musicale est inspirée de l’histoire vraie de la Famille Von Trapp, famille de chanteurs, qui, après l’invasion de l’Autriche par les nazis, a émigré aux Etats-Unis, où elle a continué de donner des concerts jusqu’en 1956.
Une adaptation au cinéma, par Robert Wise, sous le même titre, est sortie en 1965, avec Julie Andrews, Christopher Plummer et Eleanor Parker. Immense succès mondial.

Somewhere
Du drame musical « West Side Story » créé en 1957 à Broadway. Paroles de Stephen Sondheim  et musique de Léonard Bernstein, sur un livret d’Arthur Laurents. Inspirée de la tragédie « Roméo et Juliette » de William Shakespeare. Adaptée au cinéma en 1961 par Jerome Robbins et Robert Wise.
« Quelque part, il y a un endroit pour toi et moi, où règne la paix, un temps pour toi et moi, où nous attend une nouvelle façon de vivre… Tiens ma main, nous y sommes presque, tiens ma main et je vais t’y emmener. »

One Hand One Heart
Du drame musical « West Side Story » créé en 1957 à Broadway. Paroles de Stephen Sondheim  et musique de Léonard Bernstein, sur un livret d’Arthur Laurents. Inspirée de la tragédie « Roméo et Juliette » de William Shakespeare. Adaptée au cinéma en 1961 par Jerome Robbins et Robert Wise.
Duo en forme de prière, chanté par Maria et Tony, s’engageant comme le jour de leur mariage.
=> Téléchargez les paroles



Textes écrits par Anne-Marie Gueldry