Accès privé

Country

Musique populaire, née du mélange des musiques traditionnelles importées d’Europe -anglo-saxonnes et celtes, mais aussi d’Italie, d’Espagne, d’Europe centrale - ayant à leur tour subi les influences des musiques Noires du Sud des Etats-Unis dans les années 1920.

Ballades et danses s’y côtoient, accompagnées par des instruments à cordes - banjo, guitare, violon - et harmonica.
Ses origines sont multiples, sa localisation plutôt rurale, dans le Sud, les Appalaches, le Middle West, - ses ramifications nombreuses : Hillbilly, Bluegrass, Honky-Tonk, Rockabilly…-, sa capitale Nashville, Tennessee.
On la nomme aussi le Blues des Blancs.


Jackson
De Billy Edd Weeler et Jerry Leinber 1963. Devenu un hit par Johnny Cash et sa femme June Carter.

The City of New Orleans
De Steeve Goodman en 1971 - Interprété par Arlo Guthrie qui en fit un succès -  Repris par de nombreux artistes dont Johnny Cash et Willie Nelson.
C’est le nom d’un train qui descend de Chicago à la Nouvelle-Orléans, en passant par Memphis, Tennessee et l’Etat du Mississippi.
Chargé de passagers et de courrier, il file vers le sud dans la nuit, traverse villes et campagnes au rythme de sa locomotive.
« Bonjour ! Amérique ! Comment vas-tu ? Je suis un de tes fils, et j’arrive… ».

Me and Bobby McGee
Ecrit par Kris Kristofferson et Fred Foster, sorti en 1969 sur l’album de Roger Miller « Roger Miller 1970 ».
Enregistré par Janis Joplin en 1970, quelques jours avant sa mort, et paru sur l'album Pearl en 1971.
Cette version est devenue un immense succès posthume, après « Sitting On The Dock of The Bay" d'Otis Redding.
=> Téléchargez les paroles

I Am Weary - Let Me Rest
Ce chant de style Bluegrass, écrit par Pete Roberts, est interprété par la Cox Family dans le film « O’Brother » des frères Cohen, sorti en 2000.
La Cox Family, célèbre groupe composé de 6 membres - chanteurs et musiciens -, est originaire de Cotton Valley dans la Webster Parish au nord-ouest de la Louisiane.
=> Téléchargez les paroles

I’ll Fly Away
A l’origine, hymne religieux d’Albert E. Brumley écrit et composé en 1929, publié par The Hartford Music Company en 1932.
Il a été repris par de nombreux artistes, comme Alison Krauss et Gillian Welch, qui l’interprètent sur la bande originale du film O'Brother (2000), ou Johnny Cash sur l'album My Mother's Hymn Book (2003).
Un beau matin, quand j’en aurai fini avec cette vie,  je m’envolerai… et le Dieu céleste se montrera. Comme un oiseau, je m’envolerai des murs de cette prison… Plus de boulets froids et lourds à mes pieds ; je m’envolerai… Comme nous serons heureux de nous retrouver ! Encore quelques jours d’épuisement, et je m’envolerai vers un pays où la joie ne finit jamais. »

On the Road Again
Standard de la Country, indissociable de Willie Nelson, qui en a fait une de ses Signature Songs. Elle est n° 1 du palmarès country de la revue Billboard en 1980.    

Waiting for a Train
De Jimmy Rodgers (1897-1933), enregistré par lui-même en 1928, repris par Johnny Cash sur l’album « Blood, Sweat and Tears » en 1963.
Cet album est consacré aux « blue collars », aux ouvriers, mineurs, conducteurs de trains (Casey Jones), aux travailleurs journaliers employés à des tâches agricoles, ou sur des chantiers de travaux publics, « creusant des fossés, récoltant le maïs, maudissant le jour de leur naissance, persuadés qu’il vaut mieux se pendre que de travailler comme un chien (Chain Gang), aux paumés qui, n’ayant plus un sou en poche, tentent de rentrer chez eux en grimpant à bord d’un train de marchandises, ceux qu’on appelle les « hobos ».
=> Téléchargez les paroles

Rawhide
Paroles de N. Washington, et musique de Dimitri Tiomkin.
Enregistré par Frankie Laine en 1958 pour le générique musical d’une série TV de 217 épisodes diffusés de 1959 à 1965 avec Clint Eastwood.

Highwayman
De Jimmy Webb, enregistré en 1985 par Willie Nelson, Johnny Cash, Waylon Jennings et Kris Kristofferson, dans un album les réunissant sur 10 titres en 1985 et 1990, dont Big River, Desperados Waiting For A Train, Silver Stallion, Songs That Make A Difference, American Remains…

If Wishes Were Horses
Chanson Bluegrass de Claire Lynch, sur une musique de Gretchen Peters.

Sutter’s Mill
De Dan Fogelberg, en 1985.
Ce chant raconte et retrace la conquête du continent vers l’Ouest jusqu’en Californie, après la découverte d’or en 1847 sur la propriété de John Sutter, un riche éleveur.
Peu à peu, comme des nuées de sauterelles, les aventuriers, puis les colons ont envahi les grands espaces, franchi les montagnes, à la poursuite de leurs rêves de fortune et de bonheur. Enfin, le chemin de fer les a suivis et, à la fin du siècle, le pays était « colonisé, maîtrisé, labouré, organisé ».

« Johan August Sutter a bel et bien existé. Né en Suisse en 1803, il abandonne sa femme et ses cinq enfants pour une sombre histoire de dettes et de faillite et part en 1834 pour New York. Il bâtira une énorme fortune en Amérique, jusqu‘au jour de 1847 où un de ses employés découvre une pépite dans un demi-pied d’eau dans le cours d’eau de la scierie Sutter, au confluent de American River et Sacramento River, en Californie.
Le bruit va en effet se répandre « like wildfire » et une nuée de chercheurs d’or s’abattre sur ses terres (20 000 ha) dont il ne peut vraiment prouver qu’elles sont sa propriété ; ses cultures vont être dévastées, ses 12 000 têtes de bétail perdues et John Sutter ruiné. Il finira ses jours en 1880 dans la misère, « with not a penny to his name »…
Son fils aura fondé la ville de Sacramento en 1848 et le nom de Sutter sera donné à un comté de Californie. A noter que Blaise Cendrars fera de Sutter le personnage principal de « L’Or », dans une biographie romancée en 1925. »    
Bernard Frilet

Railroad Worksong
Incontournable de et par Mark Knopfler et les Notting Hillbillies, dans leur album “Missing… Presumed Having A Good Time” de 1990.
Inspiré des Work Songs.
« Toute la journée, je travaille dur pour juste un dollar. Je veux qu’on me donne mon argent, je veux ma paie… Prends ce marteau et va dire au capitaine que je suis parti. S’il te demande si je courais, dis-lui que je volais. Et s’il demande si je riais, dis-lui que je pleurais. »



Go to Sleep, You Little Babe ou Did’t Leave Nobody But The Baby
Chant traditionnel, chanté a capella par Alison Krauss, Gillian Welch, Emmylou Harris dans le film O’Brother (2000).
Berceuse pour rassurer le bébé qui est resté seul à la maison ; tout le monde est parti, soit aux champs pour travailler, soit à la ville pour s’amuser.
=> Téléchargez les paroles

16th Avenue
De Thom Schuyler, enregistré par Lacy J. Dalton en 1982.
Evoque la vie errante à travers le pays, de jeunes qui pourraient être les héritiers de Jack Kerouac.
Un jour ici, un jour là, pas de point fixe, quelques dollars en poche, mais des rêves plein la tête.



Man in Black  
De et par Johnny Cash. Lire les paroles et en savoir + en cliquant ici
 => Téléchargez les paroles

Textes écrits par Anne-Marie Gueldry